Société Pulls SA à Briançon

Pompe à chaleur eau/eau et installation solaire photovoltaïque

Localisation

Description Technique

Bâtiment restaurant
• Bâtiment labélisé THPE EnR : les consommations sont inférieures de 30% au moins à la consommation de référence donnée par la RT2005 et le bâtiment dispose d'une installation en énergie renouvelable répondant à certains critères (par exemple : ECS solaire assurant 50% des besoins ou installation PV dont la production est supérieure à 25 kWh/m² SHON, etc...)
• Installation d'une ventilation double flux Helios pour le restaurant
• Chauffage au sol pour le restaurant
• Chauffage à air (type chaussette) pour la surface de vente attenante

PAC
• Puissance thermique de la PAC = 47 kW
• Marque : Weishaupt.
• Profondeur du point haut de la nappe : 10,5 m
• Profondeur du captage : 21 m
• Température moyenne de la nappe : 8°C
• Coefficient de performance théorique (COP*) = 4.
Le COP annoncé est souvent surestimé. Le COP réel d'une PAC sur nappe phréatique se situe généralement entre 2,5 et 3.
• Besoins thermiques estimés : 31 768 kWh th
• Consommations électriques estimées : 7 942 kWh

Solaire PV
• Puissance crête : 16,11 kWc
• Rendement global installation : 14%
• Surface : 115m²
• Production annoncée étude 1 : 18 630 kWh
• Production annoncée étude 2 : 22 000 kWh
• Production réelle 2012 : 24 078 kWh

Caractéritiques économiques

PAC
• Coût du forage : 6 200 €HT coût du forage
• Cout total de l'installation : 80 842 €HT
• Subventions escomptées : 24 669€ = 31% provenant de l'ADEME, de la Région PACA et du CG05
• Temps de retour avec aides et subventions = 13 ans par rapport à une solution fioul

PV
• Investissement = 72,5 k€
• 40 k€ de subvention dont :
      - aide Région de 2 €/Wc
      - CG05 : 10% de l'investissement
• Tarif de vente approximatif = 0,5 €/kWh
• Temps de retour actualisé avec aides et subventions = 6,5 ans

Les acteurs du projet

  • Maitre d'œuvre : M. Cornaz
  • Forage FORESOL
  • BE : Alpes Energies
  • Installateur PV : Carbel
  • Installateur PAC : Perraud

L'avis du maitre d'ouvrage

Un projet ambitieux
« L'idée à l'origine était de bâtir le restaurant pour qu'il devienne complètement autonome en énergie. Mais il a fallu tenir compte des impératifs économiques. C'est pourquoi nous avons choisi de bâtir le plus performant possible dans le budget alloué à ce projet. »

Un projet local non sans difficultés
« Pour la réalisation des travaux, nous avons fait appel à des entreprises dont 90% d'entre elles provenaient du briançonnais. Bien que l'installation de pompes à chaleur de cette taille soit peu expérimentée sur le territoire, la mise en œuvre de celle-ci s'est déroulée sans mauvaises surprises. »

« Il en est de même pour l'utilisation courante de la pompe à chaleur. Cette installation ne nécessite pas d'entretien particulier. Il faut juste nettoyer le filtre une fois par an.»

Réfléchir sur le long terme : notion de coût global
« Bien qu'il ait fallu limiter le budget que nous nous étions fixé pour ce projet, nous ne nous sommes pas arrêtés à la simple notion d'investissement.
Nous avons évalué le coût global sur 20 ans car nous avions conscience que l'installation d'une PAC et de panneaux solaires photovoltaïques nécessitaient d'envisager leurs bénéfices sur cette période. »

« Notre réflexion pour optimiser notre impact énergétique se poursuit. Nous sommes en train d'évaluer l'opportunité de remplacer la chaudière fioul d'un des bâtiments que nous occupons par une chaudière gaz à condensation.»

Note des rédacteurs à propos du coût global :
Cela consiste à prendre en compte le coût d'investissement, d'entretien, des petites et grandes maintenances, de l'éventuel emprunt et de la déconstruction sur la période de vie du matériel considéré.
Cela permet de mettre en avant que très souvent l'investissement le moins cher au moment de l'achat, n'est pas le plus rentable économiquement sur le long terme.

Les points clefs


• Avoir réalisé un bâtiment thermiquement performant et économe en énergie (type THPE comme ici) afin de ne pas surdimensionner les systèmes de production de chaleur.
• Contrairement à l'air, une nappe phréatique a le grand avantage de rester à température quasi-constante tout au long de l'année. En hiver, la PAC eau/eau affiche donc un rendement supérieur à celui de la PAC air/air qui puise ses calories dans un milieu beaucoup plus froid.